Autorisations délivrées en novembre 2012

25 000 francs pour la sécurité de communautés paysannes, Colombie

L’association Peace Watch Switzerland (PWS) recherche en Suisse des observateurs des droits humains volontaires. Elle les conseille, les accompagne et les forme à leurs missions dans le pays. Elle coordonne en outre les interventions locales avec les organisations partenaires. Le but de ce projet est d’améliorer le niveau de sécurité d’au moins trois communautés de petits paysans et paysannes à Magdalena Medio. 50 000 personnes bénéficient de cette contribution apportée à l’éradication de la violence et à la promotion de la paix.

50 000 francs pour la promotion d’exploitations agricoles, Bénin

Le projet présenté par l’organisation HELVETAS a déjà reçu l’approbation du canton de Bâle-Ville lors de sa première phase. Après la culture biologique d’ananas, le traitement et la commercialisation de déchets recyclables, il s’agit à présent de mettre en place une antenne du réseau de commerce équitable ouest-africain et de stabiliser à long terme les partenariats avec des acheteurs tels que Claro, Gebano et Coop. Les conseils communaux des cinq communes impliquées sont les partenaires locaux. Les principaux groupes cibles sont des productrices et producteurs d’ananas bio ainsi que diverses organisations de femmes.

40 000 francs pour la formation professionnelle orientée sur le marché, le travail et les revenus, Bangladesh

Le projet de l’organisation d’aide au développement Swisscontact propose à des jeunes femmes et hommes défavorisés et au chômage de suivre une formation professionnelle correspondant aux besoins du marché local. Elle augmente leur chance de trouver un emploi et de sortir leur famille de la pauvreté grâce à leurs revenus. Sur place, les partenaires du projet sont des organismes de formation privés tels que les ONG locales, les ministères publics de la jeunesse et de la formation professionnelle ainsi que les prestataires financiers dans le secteur des ONG. Cette formation professionnelle bénéficient directement à 5000 jeunes chômeurs de plus de 18 ans (dont 40% de femmes) n’ayant pas de formation scolaire ou ne l’ayant pas achevée. Le projet est soutenu par la DDC.

10 000 francs pour le programme WASH, Burkina Faso

L’organisation d’entraide suisse Morija participe à la construction de 45 puits avec pompe, de 645 latrines privées, de 45 latrines publiques et sensibilise quelque 30 000 personnes des villages et des écoles aux règles élémentaires d’hygiène. Les personnes bénéficiaires appartiennent aux couches les plus vulnérables de la population, sans distinction de sexe, d’ethnie ou de religion. Les personnes sélectionnées participent au projet.

30 000 francs pour le programme de formation Young Coach, Ouganda

L’année dernière, Bâle-Ville a soutenu le projet de la fondation Scort Foundation au Sri Lanka. Depuis, Scort a monté un nouveau projet en Ouganda avec les clubs partenaires FC Basel, SV Werder Bremen, Bayer 04 Leverkusen et FK Austria Wien. Les participants à cette formation sont de jeunes collaborateurs des SOS Villages d’Enfants et autres organisations d’aide en Ouganda, de jeunes enseignantes et enseignants ainsi que de jeunes femmes et hommes passionnés de football qui font preuve d’engagement social. Les coach forment des groupes de football et organisent des activités sportives dans les organisations d’aide, les écoles et les associations. Les bénéficiaires sont 1300 enfants défavorisés. De plus, des workshops sur l’eau et l’hygiène sont organisés avec les participants en collaboration avec Novartis dont l’initiative Malaria est incluse dans le projet.

15 000 francs pour la formation professionnelle de 100 enfants des bidonvilles et des régions rurales, Tanzanie

Le projet présenté et intitulé «More than a drop» offre à 100 jeunes la chance de pouvoir mener une vie sociale et économique autonome. 100 jeunes motivés issus des bidonvilles et des zones périphériques, souvent orphelins, suivent une formation professionnelle qui leur prodigue les connaissances nécessaires pour trouver un emploi stable et rémunéré sur le marché du travail. Grâce aux excellents résultats obtenus, le projet sera reconduit chaque année. La formation professionnelle se déroule dans des institutions reconnues par les pouvoirs publics. L’année dernière, 80 pour cent des jeunes diplômés ont trouvé un emploi.

50 000 francs pour l’apiculture et la production durable de miel, Éthiopie

La fondation Biovision soutient en Éthiopie plusieurs projets de promotion de la santé par la mise en œuvre de méthodes écologiques pour une agriculture et une exploitation des sols durables. La sécurité alimentaire des populations du Tolay est de plus en plus mise en péril par les conséquences du changement climatique sur l’agriculture – telles que les périodes fréquentes de sécheresse. Les abeilles jouent un rôle essentiel pour l’agriculture car elles pollinisent les plantes consommées par les populations. Les paysannes et paysans sont encouragés à utiliser des méthodes traditionnelles d’élevage des abeilles et de production du miel. Les apiculteurs suivent des cours qui leur enseignent comment augmenter leur productivité et améliorer la qualité du miel par des méthodes écologiques douces. 420 paysans et leurs familles bénéficient de revenus complémentaires. La population environnante profite également de la culture de plantes utiles aux abeilles qui, en pollinisant les céréales et les arbres fruitiers, contribuent à augmenter la production.

30 000 francs pour le projet Les jeunes apprennent la démocratie – travail créatif entre les Andes et l’Amazonie, Bolivie

L’œuvre suisse d’entraide ouvrière Solidar Suisse (SAH) s’engage avec la DDC pour le développement de la société civile et la formation des autorités communales. Le projet présenté se concentre sur les jeunes et les jeunes adultes porteurs d’espoir pour une mutation de la société. 3000 jeunes participent directement chaque année aux activités du projet. Ils discutent de sujets sociétaux et politiques et promeuvent les valeurs démocratiques dans leur environnement. En outre, des émissions de radio sensibilisent l’opinion publique à la participation des citoyens et au respect des droits humains.
Les autorités locales encouragent la création de locaux où les jeunes se rencontrent pour pratiquer des activités culturelles et artistiques.

17 300 francs pour la construction d’une école pour les enfants de Chèmojel, Guatemala

L’organisation Solidaridad Sin Fronteras, dont le but est de promouvoir la formation et la santé de la population indigène du district de Huehuetenango, projette de construire une nouvelle école en coopération avec la population de la commune et les autorités locales. Les parents de Chèjomel se battent depuis des années pour faire construire une école afin que leurs enfants n’aient plus à suivre les cours en plein air dans une installation de fortune. Une petite école en dur permettra à 65 enfants et jeunes de 7 à 15 ans de suivre leur formation scolaire dans un espace protégé.

50 000 francs pour le passage à une apiculture certifiée bio et fair trade au Yucatan, Mexique

L’organisme responsable, EDUCE, est une coopérative sise à Mérida. Elle apporte depuis 1988 son soutien pour l’organisation et les techniques de production et épaule les petits apiculteurs dans la production et la commercialisation. La presqu’île du Yucatan fait 270 km² et ne se prête que partiellement à l’agriculture. L’apiculture est néanmoins un important pilier de l’activité agricole des petits paysans. La presqu’île exporte 90 pour cent de son miel, dont une partie vers l’Europe soumise aux critères stricts de qualité imposés par l’UE et les acheteurs européens. Au Yucatan, l’apiculture est principalement pratiquée par les anciens. En impliquant aujourd’hui la jeune génération, à savoir les écoliers et les collégiens, on espère que les jeunes adultes prendront demain le relais. Le passage à de nouvelles techniques de production et la mise en place de critères supplémentaires de qualité pour le produit miel tels que la certification bio et l’intégration de l’apiculture dans les standards du commerce équitable devraient permettre d’augmenter la valeur du produit sur place et garantir de meilleurs revenus aux producteurs (pour la plupart des Mayas). Ce projet bénéficie à 210 producteurs de 12 communes possédant 4400 ruches.

5000 francs pour améliorer l’infrastructure et l’équipement des écoles, Congo

L’association responsable DarsiLaMano s’engage pour équiper l’École de l’Unité à Utembo. Il s’agit en l’occurrence de financer les travaux de réparation et de rénovation, d’acheter une moto pour l’école ainsi que des manuels et autres matériels scolaires. L’École de l’Unité est une école de quartier laïque et idéologiquement neutre. Elle accueille actuellement 100 enfants de 3 à 14 ans. L’association prend en charge le budget annuel de fonctionnement.

54 500 francs pour augmenter les revenus issus de la cardamome, Colombie

Le projet de l’œuvre d’entraide Swissaid vise l’amélioration des revenus des petites exploitations agricoles familiales par la culture de la cardamome en utilisant des méthodes de production écologiques. D’un point de vue écologique, la cardamome représente une bonne alternative à la culture du café ou en complément à la culture du café. Les capsules de graines peuvent être récoltées plusieurs fois par an. Les bénéficiaires directs de ce programme de production sont des familles de petits paysans pauvres et marginalisées (env. 400 femmes et hommes). 2300 personnes au total profitent d’emplois issus de l’activité agricole. Etant donné qu’il faut trois ans pour récolter les premiers fruits et en tirer les premiers revenus, un fonds de crédit a été mis en place pour permettre aux paysans d’emprunter pendant deux ans sans intérêts de quoi financer leurs investissements (notamment les semences, la mise en place de la culture, les engrais organiques, les pesticides biologiques). Une coopération a été conclue avec l’exportateur américain Merit Trade pour l’écoulement et la commercialisation de la cardamome.

20 000 francs pour renforcer la prise en charge médicale de base à Mbulu, Tanzanie

Le projet présenté par l’organisation Solidarmed vise à améliorer la santé de la population, en particulier des mères et de leurs enfants, par une meilleure prise en charge médicale de base. Pour ce faire, deux ou trois conseillers de santé sont formés dans chaque village. Leur mission sera de mettre en place avec les communautés locales des mesures de prévention de la malaria, du VIH/Sida et autres maladies ainsi qu’à améliorer l’accès des populations aux infrastructures de santé. Les bénéficiaires de ce programme sont les 143 000 habitants des 42 villages des districts de Dandi, Endagikot et Nambis.

30 000 francs pour l’autonomie par le micro-crédit, de nouvelles perspectives pour les lépreux, Éthiopie

Fairmed s’engage dans la région d’Addis Abeba aux côtés de la Deutsche Lepra- und Tuberkulosenhilfe dans un projet de santé. En Éthiopie, on récence encore de très nombreux cas de lèpre. Les anciens lépreux souffrant des séquelles de cette maladie vivent dans une extrême pauvreté. Avec le projet « Autonomie par le micro-crédit », les personnes concernées apprennent dans des groupes d’entraide à prendre leur vie en main et à devenir autonomes économiquement. Les membres des groupes d’entraide sont formés par des travailleurs sociaux professionnels. Ils apprennent notamment à gérer les crédits et les comptes épargne ainsi qu’à monter un projet. Une fois que toutes les conditions sont réunies, le groupe reçoit un «Revolving Fund». Ce capital de départ est distribué aux membres du groupe qui peuvent dès lors acheter par exemple une chèvre ou monter un élevage de poulets.

30 000 francs pour un programme de micro-financement, Burkina Faso

Le Hunger Projekt Schweiz (THP) est déployé dans 15 provinces. THP s’engage au Burkina Faso depuis 1997 et a aidé jusqu’à ce jour 226 000 villageois. Ce programme de micro-financement sur demande apporte une contribution décisive dans la lutte contre la faim, l’un des objectifs du millénaire. Il permet principalement aux femmes d’exercer une activité lucrative pour améliorer leur vie et celle de leur famille. Avec l’aide de dirigeants locaux et des bénévoles de l’aide au développement, les personnes concernées sont mobilisées pour se prendre en charge et les femmes sont aidées dans le rôle clé qu’elles ont à jouer pour faire évoluer les choses. Le travail s’effectue en collaboration avec les autorités locales.

35 000 pour l’agrandissement d’une école à Las Playas, Guatemala

Le dossier présenté par l’association PROBIGUA concerne l’agrandissement de l’école «San Ricardo» située dans la région difficile d’accès du Patulul. Cette vieille école primaire est un bâtiment en bois délabré dont le toit fuit. A cause du risque d’effondrement en cas de tempête, les enfants sont dispensés d’école par vent fort. Les villageois participent à la construction d’une nouvelle école pour 180 écoliers et écolières. Le salaire des enseignants est payé par le ministère de l’éducation du département de Suchitepéquez.

40 000 francs pour contribuer au développement des enfants et des jeunes par le sport et le jeu, Palestine

Bâle-Ville a déjà soutenu le projet «Right to Play» l’année dernière. 27 000 enfants avaient pu bénéficier de ce programme d’activités sportives et de jeux. Cette année, l’organisation poursuit son travail de développement social dans les écoles, les jardins d’enfants et les centres communautaires. Les enfants, soumis au stress comme le reste de la population en Palestine pour diverses raisons, peuvent venir souffler, faire des rencontres constructives et se sentir en sécurité. Ils reçoivent simultanément des informations et des modèles à suivre pour modifier leurs habitudes et se comporter sainement, en matière d’hygiène par exemple ou concernant les droits des filles. Le projet présenté devrait bénéficier à 31 500 enfants et jeunes âgés de 4 à 18 ans. La priorité reste l’implication des plus défavorisés tels que les filles et les enfants handicapés.

4000 francs pour le transport de médicaments et d’appareils médicaux d’occasion, Somalie

L’association de soutien «Daryeel» a permis l’évacuation du grand cabinet médical «Ambulatorium Oristal et Liestal» à laquelle ont participé 15 bénévoles (somaliens et suisses). Des marchandises ont également été récupérées dans des cabinets de Zurich et Sion. L’association demande un financement pour le transport des conteneurs.

40 000 francs pour l’accès à la terre et l’exploitation des sols à Baja Verapaz, Guatemala

Les activités centrales de ce projet déposé par l’œuvre d’entraide Fastenopfer sont centrées sur l’accès à la terre pour subvenir aux besoins de la population indigène. Grâce à la production biologique, ce projet contribue durablement à la sécurité alimentaire de la population ciblée qui se compose de 222 familles de 8 villages de la commune de Purulha. Il s’agit de 1031 personnes indigènes systématiquement discriminées qui ne possèdent encore aucun titre de propriété. L’organisation partenaire fondée en 2002 dans le pays organise des formations de dirigeants au niveau local. Il s’agit de personnes des villages inclus dans le projet qui s’engagent à représenter les intérêts de la population locale en matière d’agriculture. 191 plans de mesures d’accès à la propriété et d’exploitation des sols ont été réalisés entre 2009 et 2011.

10 000 francs pour le projet Teachers for Sustainable Peace, Bosnie

Bâle-Ville a déjà soutenu ces deux dernières années le projet de la Fondation Kriegstrauma-Therapie. Cette année, le projet entame un nouveau cycle de trois ans avec six écoles. Dans la région de Tesanj ethniquement et politiquement divisée, les SEZAM (responsables sur place) motivent et forment les enseignants à collaborer le long de l’ancienne ligne de front en faisant abstraction des barrières politiques, ethniques et culturelles. Des ateliers de plusieurs jours, des visites mutuelles et des activités entre enseignants sont destinés à abolir la vision hostile de l’autre et à encourager la communication non violente et l’écoute active. Il s’agit aussi d’aborder les traumatismes subis par les enseignants. 60 enseignants, leurs 1200 élèves et leurs familles sont les bénéficiaires de ce programme. La coopération avec la Haute école pédagogique de Liestal établie depuis dix ans sera en outre poursuivie.

35 000 francs pour la diversification et le reboisement, Équateur

Le projet soumis par la Fundación Para Los Indios pose les priorités suivantes : diversification des produits, abandon de la monoculture, protection contre le gel et le vent par des arbres indigènes et diversité des méthodes de culture et des technologies. Ces mesures doivent permettre d’augmenter le rendement et la qualité des produits cultivés. 40 familles, soit 200 personnes sont les bénéficiaires. Elles possèdent une parcelle de terre cultivable de 3000 m² et cultivent au moins 5 sortes de légumes ainsi que 260 arbustes et arbres indigènes qui protègent du vent et du gel. Ces mesures génèrent davantage de revenus qui assurent une amélioration de leur situation économique. 38 pour cent des dépenses totales sont économisées par le travail fait par les bénéficiaires.

40 000 francs pour offrir une chance de formation aux enfants des minorités ethniques de la région de montagne Hill Tracts, Bangladesh

L’organisation CO-OPERAID s’engage depuis plusieurs années au Bangladesh pour les enfants et les jeunes des peuples de montagne. Dans le Bangladesh d’aujourd’hui, la population indigène vit dans des conditions précaires. Elle forme une minorité qui subit la discrimination au quotidien. Le projet présenté se concentre sur l’éducation primaire et secondaire, créant ainsi pour la jeune génération l’espoir d’un meilleur avenir. A terme, les peuples de montagne devraient vivre dans de meilleures conditions.
Les bénéficiaires du programme sont 10 écoles de villages de 400 enfants et deux foyers de 50 jeunes. Les enseignants sont nourris et logés par les parents.

47 000 francs pour la rénovation d’un centre d’accueil pour les enfants et les jeunes, Palestine

L’association Herrnhuter Sozietät Basel est composée de membres des églises évangéliques réformées de Bâle-Ville et de la région. Avant la fondation d’Israël, les Herrnhuter avaient été contactés avec d’autres organisations pour aider à créer un centre de soin pour les lépreux à Jérusalem. Les organisations étrangères se retirèrent rapidement du projet, les Herrnhuter restèrent sur place. Les conditions ont changé à la création de l’État d’Israël, le centre (sans les patients d’alors) passant alors entre les mains de l’État. Les patientes et patients étaient désormais pris en charge près de Ramallah sur un terrain appelé Sternberg. Dans les années qui suivirent, on réussit à guérir la lèpre. Depuis 40 ans, le Sternberg est désormais un centre d’accueil pour les enfants et les jeunes handicapés (handicaps mentaux et physiques sans distinction d’origine ethnique ou religieuse). En Palestine, de nombreux enfants handicapés ne sont pas scolarisés et restent chez eux. Vulnérables, ils risquent d’être abusés ou agressés lorsqu’ils seront adolescents. Le centre de Sternberg dispose d’un jardin d’enfants intégratif, d’un programme scolaire pour les enfants handicapés mentaux, d’un programme d’entraînement vocal pour adultes et d’un programme pour enfants autistes. Un programme social aborde intensivement les droits des personnes handicapées.

15 000 francs pour une garderie pour les enfants des travailleuses du sexe de Kolkata, Inde

La Fondation Calcutta Project Basel a été fondée il y a plus de 20 ans par des étudiants de l’Université de Bâle et continue d’être menée par des étudiants bénévoles. Dans le quartier de la prostitution Sonagachi de Kolkata, d’innombrables enfants grandissent dans des conditions extrêmement difficiles. Le jardin d’enfants ouvert en 2002 accueille les petits trois après-midi par semaine, leur offrant la sécurité d’une garderie où ils sont encadrés avec soin pendant que leurs mères travaillent. Depuis 2009, les enfants peuvent aussi y passer la nuit.

34'000 Franken für den Bau von Biogasanlagen in 5 Dörfern, Vietnam

Das Gesuch der Organisation Nouvelle Planète wurde an der Frühjahrssitzung ausgestellt mit der Auflage der Kommission, offene Fragen zu beantworten. Die Aufzucht von Schweinen, Hühnern und Kühen stellt für die armen Haushalte der fünf Dörfer in der Gemeinde Dai Phuoc eine wichtige Einkommensquelle dar. Die daraus resultierende Verschmutzung des Wassers und der Umwelt in unmittelbarer Nähe ihrer Behausungen ist ein Risiko für die Gesundheit der Bewohner und das ganze Ökosystem. Ziel des Projektes ist die Installation von angemessenen Biogasanlagen für 163 Haushalte in fünf Dörfern. Die Dorfbewohner werden in der Planungsphase miteinbezogen. In die Sensibilisierung für das Problem werden rund 1500 Personen eingebunden.

300 000 pour le projet sur le VIH, Tanzanie

Après le succès remporté depuis plusieurs année par le projet de l'Institut tropical et de santé publique Suisse (Swiss TPH) – 10 000 patients sont actuellement soignés et pris en charge – il est essentiel de le poursuivre afin de garantir la pérennité de la chaîne de prise en charge comprenant campagnes de prévention, tests VIH, traitement antirétroviral du VIH et prise en charge à long terme. L’Organisation Mondiale de la Santé OMS plaide pour le développement de ce programme contre le VIH. Des bailleurs de fonds internationaux financent une bonne partie de l’infrastructure et des médicaments. Des projets de recherche sont également financés par d’autres sources, notamment le Fonds national suisse. Les objectifs du projet sont les suivants:

• Développement d’un programme global de prévention et de traitement du VIH/sida avec amélioration de la qualité et de l’efficacité de la chaîne de traitement du VIH, risque de co-infection VIH/tuberculose inclus, dans le cadre du Tanzania National AIDS Control Programme (NACP) dans une région rurale de Tanzanie.

• La qualité du travail doit être améliorée par le soutien permanent à la formation/ formation continue des personnels tanzaniens. La chaîne de traitement diagnostic-traitement-suivi à long terme et la supervision du personnel de santé doivent tout particulièrement être intensifiées.

• Renforcement des services cliniques du St. Francis Referral Hospital dont l’infrastructure est affiliée à ce projet.

1700 francs pour soutenir l’Université de Balti, Moldavie

Après décision prise lors de la première séance de l’année 2012, le prof. Dr Thomas Wilhelmi avait reçu une contribution de soutien de 8500 francs. Il reçoit aujourd’hui 1500 francs pour combler la différence conséquente à la conversion monétaire.