Les ensembles du cortège

«Klamauk» (BS)

Afficher l'image agrandie
Sculpture-machine de Jean Tinguely au Musée Tinguely

Avec près de quarante musées, dont certains de renommée mondiale, des orchestres et théâtres primés et Art Basel, le salon d’art moderne et contemporain le plus important au monde, Bâle est la «capitale culturelle de la Suisse». La sculpture-machine «Klamauk» du célèbre artiste Jean Tinguely, exposée au musée Tinguely, sera l’ambassadrice de Bâle, ville culturelle par excellence, lors de la Fête des Vignerons. Si le temps est sec, «Klamauk» participera au cortège du Jura et de Bâle-Ville et pourra également – si le temps le permet – être admiré sur le site de la manifestation, près de la Scène du Rivage, avant le départ du cortège.

La «Klamauk» a vu le jour en 1979 pour l’exposition «Tinguely-Luginbühl» au Städel de Francfort-sur-le-Main. Cette sculpture-machine qui roule, fait du bruit, fume, empeste et tire des feux d’artifice incarne comme nulle autre l’œuvre du célèbre artiste Jean Tinguely. Depuis sa création et ses apparitions lors de différentes courses de montagne, elle est devenue le véritable symbole de l’art du sculpteur sur fer.

Les éléments d’une sculpture sonore sont montés sur un vieux tracteur. Des cloches, cymbales, casseroles, tonneaux sont utilisés et développent, soulignés par le bruit marquant du moteur de l’imposant tracteur, la mélodie des méta-harmonies déterminée par le hasard. Allumés par le conducteur, des feux d’artifice et pétards de fumée confèrent par leurs détonations et leur odeur une note apocalyptique à la structure sonore en mouvement. La mort a également participé aux sorties de la drôle de machine. Ce n’est pas un hasard si en 1981, à l’occasion du mémorial Jo Siffert à Saint-Ursanne, Tinguely a conduit le tracteur sur la piste de course pour rendre hommage au pilote de Formule 1 et ami du sculpteur de fer, décédé en octobre 1971. Le 4 septembre 1991, «Klamauk» a également accompagné Jean Tinguely lors des obsèques de l’artiste à Fribourg.

Plus d'informations: www.tinguely.ch

Vers le haut

«Les Fifres et Tambours de Bâle» (BS)

Afficher l'image agrandie
Joueurs traditionnels de fifre et tambour de Bâle

Ambassadeurs d’une très longue tradition bâloise, «Les Fifres et Tambours de Bâle» se produiront avec leur tambour-major le 28 juillet lors du cortège des cantons de Bâle-Ville et du Jura mais également tous les soirs dans l’arène de la Fête des Vignerons. Les 25 joueurs bâlois de fifre et de tambour sont la représentation musicale des Cent Suisses qui participent depuis 1819 à la Fête des Vignerons pour témoigner de leur attachement à la patrie.

Entre 1497 et 1792, les Cent Suisses étaient une unité composée de soldats suisses qui faisait partie de la garde du roi de France. Charles VIII avait créé cette unité en 1497, alors simple garde de la cour plutôt que troupe militaire. A la cour, la compagnie des Cent Suisses était responsable de la garde de l’intérieur du palais royal, contrairement au régiment des Gardes suisses en charge du service extérieur.

Vers le haut

«Seibi Mysli» (BS)

Afficher l'image agrandie
Société de carnaval «Seibi Mysli»

«Seibi-Mysli», un groupe de piccolo (appelé «Pfyffer-Grubbe» à Bâle), a été fondé en 1971 comme pendant féminin de la «Seibi Clique». Chaque année, la formation participe au Carnaval de Bâle. Les 35 musiciennes accordent autant d’importance à la convivialité qu’à la musique. C’est pourquoi durant toute l’année, les «Mysli» entretiennent leur amitié dans le cadre de répétitions hebdomadaires qui se terminent par une réunion conviviale, ainsi qu’à de nombreuses autres occasions. Cependant, le moment le plus important de l’année est toujours le Carnaval de Bâle. Les «Mysli» s’y présentent alors en pleine forme, et bien qu’elles s’apprêtent à fêter leur 50ème anniversaire, elles ne sont absolument pas fatiguées!

Plus d'informations: www.seibi-mysli.ch

Vers le haut

«Tremendous» (BS)

Afficher l'image agrandie
Streetdance-Gruppe

Le groupe de démonstration «Tremendous» a été fondé en 2008 par huit danseuses enthousiastes. Au début, le projet était «just for fun». Cependant, le nombre de danseuses et danseurs augmentant chaque année, au bout de trois ans, un grand groupe de 35 personnes s'était déjà constitué. Leur devise: la danse est notre passion. Quelle que soit la religion, la couleur de peau ou l'origine, ensemble, nous sommes forts.

Plus d'informations: www.newdancecenter.ch

Vers le haut

«Mumol Dixie Stompers» (BS)

Afficher l'image agrandie
Streetband

La formation de huit musiciens «Mumol-Dixie Stompers» a été fondée au printemps 2005. Son principal objectif est de permettre aux amateurs d’Old Time Jazz d’oublier leur quotidien en leur faisant plaisir. Les arrangements du leader du groupe, Marco Nussbaumer, dont les voix sont conçues sur mesure pour chacun, caractérisent la variété unique et les particularités de ce Dixieband. Avec leur entrain juvénile et leur plaisir de jouer communicatif, les musiciens ravissent à chaque fois leur public.

Plus d'informations: www.mumoldixiestompers.ch

Vers le haut

Défilés traditionnels venus de Bâle, de Forêt-Noire et d’Alsace (BS)

Afficher l'image agrandie

La situation géographique de Bâle dans la région des trois frontières Suisse-Allemagne-France est unique. Des couples en costumes traditionnels venus de Forêt-Noire, d’Alsace et de Bâle-Ville défileront pour témoigner de l’attachement de Bâle à la région trinationale.

Vers le haut

Domaine viticole Riehen (BS)

Afficher l'image agrandie
Famille Ullrich

Le domaine viticole Riehen à Schlipf, près de Bâle, produit des vins blancs et rouges de qualité supérieure. Semblables en cela aux terres de Bourgogne, les vignobles de 3,2 hectares situés sur un terroir calcaire marqué par l’érosion constituent une base de qualité. Le domaine viticole est dirigé par Hanspeter Ziereisen ainsi que Jacqueline et Urs Ullrich. Avec Silas Weiss, c’est un jeune viticulteur engagé qui gère la production. Il dirige les travaux dans les vignes et à la cave, et son objectif est clair : accroître encore davantage la qualité des vins. La production consiste en Pinot blanc, Chardonnay et Sauvignon blanc pour les cépages blancs, et en Pinot noir, le roi des cépages rouges. Blancs comme rouges portent l’appellation «Le Petit» pour les vins jeunes et frais et «Le Grand» pour les vins plus complexes et plus profonds. Le domaine viticole s’est déjà distingué plusieurs fois par les meilleures notes lors de dégustations. Y compris sur le plan international : Robert Parker a décerné 93 points sur 100 au Pinot Noir Le Grand 2015.

Plus d'informations: www.ullrich.ch

Vers le haut

Corporations et sociétés viticoles de Bâle (BS)

Afficher l'image agrandie
«Leu» de la Kleinbasler Ehrengesellschaft zum Rebhaus

Les deux corporations bâloises E.E. Zunft zu Weinleuten et E. E. Zunft zu Rebleuten et la Kleinbasler Ehrengesellschaft zum Rebhaus participeront à la Fête des Vignerons, chacune avec une délégation de drapeau. Certaines corporations et sociétés d’honneur sont nées au sein d’associations d’artisans bâlois, tels que les fabricants de pain, les tailleurs, les fourreurs ou les négociants en vins, et ont façonné l’évolution de Bâle pendant des siècles. Aujourd’hui, elles s’engagent principalement au niveau social.

Plus d'informations:
www.weinleuten.ch
www.rebleutenzunft.ch        
www.zumrebhausbasel.ch

Vers le haut

Une chorégraphie d'Eugénie Rebetez («Défilé droit direct du Jura») (JU)

Afficher l'image agrandie
La danseuse jurassienne Eugénie Rebetez

Talentueuse et atypique, la danseuse jurassienne Eugénie Rebetez signera la chorégraphie d’un défilé créé uniquement pour l’événement. Composé d’un certain nombre de danseurs mais aussi de musiciens, celui-ci revisitera les traditions et les codes du Carnaval jurassien. La musique du défilé portera la marque de Pascal Lopinat.

Vers le haut

Les Sauvages (JU)

Afficher l'image agrandie
Ensemble traditionnel du Carnaval jurassien

Ensemble traditionnel du Carnaval jurassien, les Sauvages ne sortent normalement pas du territoire cantonal. Ces hommes aux allures de sapins feront une exception qui ne manquera pas d’être remarquée. Pour la petite histoire, cette tradition qui s’était perdue depuis la nuit des temps a été réintroduite en 1991 suite aux recherches menées par l’artiste peintre bâlois Jurg Gabele.

Vers le haut